RAYMOND SOHIER, père de la kinésithérapie analytique

Pendant de nombreuses années, Monsieur Raymond SOHIER nous a honorés de sa présence lors de la conférence inaugurant l’année académique de l’AMISEK.
Praticien, enseignant, chercheur, il nous a toujours passionné par ses exposés qu’il faisait sans papier ni crayon, juste un tableau noir et des craies…et, surtout, beaucoup de passion.

« Le travail est devenu un jeu, celui de découvrir. »

Carte de visite :
Monsieur Raymond SOHIER est né à Jette le 17 mai 1922. Il a vécu à La Louvière et est décédé à Cul-des-Sarts le 8 février 2018, presque à l’âge de 96 ans.

Le fondateur de la Kinésithérapie Analytique a failli ne jamais être kinésithérapeute !
A 20 ans, il envisage de devenir enseignant, comme son père et est diplômé de l’École Normale. Mais en 1942, en Belgique occupée, Hitler contraint tous les jeunes de sa génération à s’enrôler, sauf les étudiants du corps médical. Il s’inscrit alors à l’école de kinésithérapie.

A la libération, diplômé enseignant et kinésithérapeute, Raymond Sohier opte pour la kinésithérapie et entre à l’hôpital de La Hestre (CHU Tivoli) à La Louvière. Après être passé dans plusieurs services, il y occupera le poste de chef de service de l’unité de Médecine Physique et Réadaptation jusqu’à sa retraite.

Sa rencontre avec le rhumatologue Max Ruelle est déterminante. Celui-ci est convaincu que la coxarthrose est la conséquence de problèmes pathomécaniques. Cette thèse avant-gardiste séduit le jeune kinésithérapeute. Il se lance alors dans l’étude de la biologie cellulaire en s’efforçant toujours de valider ses réflexions scientifiquement. Il put concrétiser ses hypothèses par sa formation première en physique et mathématiques (École Normale).

Le constat que des forces en transit dans les articulations ont un impact sur le tissu conjonctif lui fait déduire que la répétition de stimulations physiques inadéquates ou erronées au niveau des cellules engendre la pathologie. Il est le seul à penser ainsi à cette époque.

Le « Concept Sohier » naît en 1946 ; le début de la Kinésithérapie Analytique se construit en généralisant sa théorie à toutes les articulations.
Selon Sohier, les affections mécanogènes ne seront soignées que si le traitement manuel entrepris a une action au niveau de la cellule. Ensuite, il tentera d’intervenir avant l’apparition des symptômes, préventivement.

Il fonde l’Institut de Kinésithérapie Analytique en 1950.
Actuellement, l’équipe d’enseignants-chercheurs, formée par R. Sohier, poursuit ses observations, son travail.

Plus d’informations :
> Site officiel :
Raymond Sohier : kinesitherapie-analytique-sohier.com
> Suivre le formation Concept SOHIER – Thérapie manuelle et kinésithérapie analytique des affections ostéo-articulaires

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *